Circuit d’art public à Montréal

lire l’article dans le Devoir / read the article

La chasse à l’art public

Cinq circuits de visites gratuits soulignent les 25 ans du BAP

L’œuvre La Voie lactée de Geneviève Cadieux fait partie du parcours rose proposé pour les 25 ans du Bureau d’art public.
Photo: Courtoisie Annexe Communications L’œuvre La Voie lactée de Geneviève Cadieux fait partie du parcours rose proposé pour les 25 ans du Bureau d’art public.

Quatre grands musées, la Société de transport de Montréal (STM), Tourisme Montréal et l’Autre Montréal s’allient à la Ville pour célébrer le 25e anniversaire de son Bureau d’art public (BAP). Visites guidées, colloque, concours sont au programme des activités. Le BAP s’est aussi doté d’un nouveau site Internet.

« 25 ans plus tard, l’art est presque partout et donne une âme à la ville », a affirmé le maire Denis Coderre en conférence de presse, jeudi, au Musée des beaux-arts de Montréal, qui participe à la fête avec le McCord, le Musée d’art contemporain et le Centre d’histoire de Montréal. Le maire s’est engagé à « poursuivre son action dans ce domaine avec les mêmes objectifs. » Ceux-ci ont permis au BAP, depuis 1989, d’acquérir, de conserver et de faire la promotion de quelque 315 oeuvres. Le parc complet d’oeuvres d’art, si on inclut les collections publiques, celles de diverses institutions (universités, musées) et les collections privées, compte plus de 1000 oeuvres.

Pas d’oeuvre spéciale pour la fête. Plusieurs seront inaugurées, comme d’habitude, au cours de l’année (voir l’encadré). Les efforts sont plutôt tournés vers 2017, année de célébration du 375e anniversaire de Montréal. Et le BAP insiste de plus en plus sur le processus et la participation citoyenne.

« Il y a eu une évolution profonde de l’implication des artistes en art public depuis 1989, dit Francyne Lord. Maintenant on les intègre dans des équipes de conception. Ils ont un apport extrêmement particulier, original, déterminant dans la réflexion et la création des espaces publics, et c’est quelque chose qu’on veut développer davantage. »

Par exemple, L’étreinte de Luce Pelletier, sur le terrain des habitations Jeanne-Mance, a été réalisée en 2009 avec des résidents. Le BAP mise aussi sur la médiation culturelle. Il a déjà organisé une activité pour familiariser les résidants de Montréal-Nord avec la future oeuvre majeure du collectif BGL, La vélocité des lieux, qui sera inaugurée en 2015.

La Ville entend « développer davantage le mécénat avec les entreprises », a dit le maire Coderre. Une intervention artistique en trois segments financée par le privé verra le jour sur le Parterre du Quartier des spectacles en 2017, année qui sera d’ailleurs déterminante à ce titre. Deux oeuvres marqueront l’entrée en ville du futur Quartier Bonaventure. Le BAP veut « doter le futur parc du Complexe environnemental Saint-Michel de plusieurs oeuvres », indique Mme Lord pour en faire un joyau comme le mont Royal.

Suivez le guide

Pour souligner les 25 ans, les Montréalais sont plutôt conviés à une chasse à l’art public en s’inscrivant à l’un des cinq circuits animés par l’Autre Montréal, offerts gratuitement du 11 au 21 septembre. Quatre de ces parcours se déroulent dans l’arrondissement de Ville-Marie. Le cinquième se passe dans le réseau du métro.

Le nouveau site Internet du BAP (artpublic.ville.montreal.qc.ca) ne sera pas un luxe. L’outil plus convivial et adapté aux téléphones intelligents, tablettes et ordinateurs compte non seulement plus d’images et d’informations sur les oeuvres, mais il permet aussi, grâce à la géolocalisation, de découvrir les oeuvres présentes dans l’espace public autour de soi. Le public peut aussi participer à un concours en répondant à quelques questions sur la page Facebook du BAP. Un colloque international gratuit, L’art public : nouveaux territoires, nouveaux enjeux, se tiendra à l’UQAM, le 19 septembre.